La cougar existe … J’en suis une !

Written by cougar-watch. Posted in Analyse

granny

Fin Mars 2013 un billet sur le site internet Slate m’a fait sauter de mon confortable fauteuil à partir duquel je pianotais sur le web. « La cougar n’existe pas » prétendait Clément Guillet, son auteur. Quel affront, je serais donc irréelle, une pure invention des médias destinés à vendre plus de papiers ? C’est seulement aujourd’hui que je réagis car je vois un nombre croissant de personne aborder un certain scepticisme face à l’existence même des femmes cougars.

Après lecture attentive de l’article et de l’étude dont Clément Guillet fait écho sur Slate je dois toutefois reconnaitre une part de vérité.

La cougar sur-médiatisé

Il semblerait si l’on en croit les médias que la femme cougar est sortie de nulle part aux alentours de 2010. En fait, c’est juste un mot, une étiquette que les américains ont mis sur une mode du show business et que les médias français et internationaux se sont prestement emparés. C’est alors que dès qu’une ligne ou une chronique est faite sur une femme du showbiz sortant avec un homme un peu plus jeune le terme de cougar est employé. C’est belle et bien l’origine du terme.

Christine Morel a fondé le magazine Cougar-watch sur le thème de la femme cougar début 2013 dans le but de donner des astuces de séduction aux hommes et aux femmes et de réaliser une veille sur ce phénomène.

L’auteur de l’article sur Slate dit vrai lorsqu’il prétend que c’est un phénomène très important dans le showbiz mais il n’en explique pas les raisons. Mon analyse personnelle est que le fait de sortir avec des hommes bien plus jeunes est un moyen pour des femmes matures de se raccrocher à une nouvelle génération. Bon nombre de femme de ce milieu (tout comme les hommes) vivent avec la peur d’être « démodé », « old school ».

Alors, s’afficher avec un étalon de 22 ans donne tout de suite un coup de jeune (sans mauvais jeux de mots !). Je ne prétends pas que cela fait part d’une stratégie de la part de Demi Moore, Claire Chazal ou encore Edit Piaf, mais je pense que c’est un processus plus ou moins inconscient. C’est aussi ce qui explique qu’on observe bien plus de cougar dans ce milieu que le monde du commun des mortels. Les femmes qui ne sont pas faites de paillètes et d’or ressentent moins (pas dans mon cas du moins) le besoin de soigner une image juvénile. Mais n’en déplaise à l’auteur de l’article de Slate, la femme cougar existe, et pas seulement dans le milieu du showbiz.

La cougar a toujours existé

La femme cougar n’est pas un mythe et il n’y a qu’à sortir et ouvrir les yeux pour le constater. Je suis resté 8 ans avec un homme de mon âge avec lequel j’ai vécu une très belle relation. Du haut de mes 36 ans je vois bien plus de bon côté à sortir quelques temps avec un jeune homme de 23 ans qui ne se prend pas la tête plutôt qu’un trentenaire qui parle boulot et qu’il faut forcer pour sortir le weekend.

La cougar a toujours existé mais c’est seulement depuis quelques années qu’on a mis un mot sur ce phénomène. Les adeptes de la boîte le Memphis à Paris pourront le confirmer. Toutefois je reconnais que c’est quelque chose de mineur par rapport à l’imaginaire collectif. Je ne suis pas une femme en rut qui cherche à assouvir ses pulsions sexuelles à la moindre occasion. La cougar cherche simplement à prendre du bon temps lorsqu’elle en a l’envie et qui a une profonde volonté d’indépendance. Un esprit généralement partagé avec nos conquêtes.

Je crois que c’est justement ce point qui dérange. Ce point qui doit frapper l’égo de ce cher Clément Guillet. L’idée même qu’une femme puisse être à la recherche d’indépendance affective. Qu’une femme puisse tirer un homme dans son lit pour un soir sans envisager de pondre un marmot 2 ans plus tard. Qu’une femme fasse en somme ce qu’on fait des hommes depuis des millénaires.

Trackback from your site.

Laisser un commentaire

A propos

Cougar-Watch est le magazine de référence sur la rencontre cougar et la femme cougar. Cet espace unique leur est dédié afin de leur permettre de partager leurs expériences en tant que prédatrices. Boîtes de nuits, bars, sites de rencontres, les terrains de chasses des cougars sont nombreux mais peu d'espace leur permet d'échanger. Femmes cougars ... à vos griffes !